Qui trompe qui ?

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

 COMMUNIQUE

  Cher(e)s collègues,

 

NON les policiers municipaux ne sont pas pris pour des imbéciles par les organisations syndicales qui appellent à la grève le 04 mars prochain comme le déclare Monsieur Jean Michel WEISS de la FA-FPT. La tromperie est dans un autre camp.

Contrairement à ce qui est implicitement soutenu, ce mouvement bien qu'initié à la veille des élections municipales, n'a aucun caractère politique, ni pour but de prendre en otage les maires qui sont invités à soutenir leurs policiers municipaux sans distinction d'appartenance politique, ni même les représentants de l'AMF, à l'heure ou d'ailleurs personne n'est en mesure de pouvoir affirmer quels seront les maires de demain à la tête de nos collectivités, des maires qui quelque soit leur obédience politique seront nos patrons quelques soient les résultats des urnes.

Ce mouvement est dirigé contre le Gouvernement qui ne dispose plus des moyens d'assurer correctement, efficacement et de manière pérenne la sécurité et qui fait peser cette charge sur les communes auxquelles il entend imposer des coupes sombres sur le plan budgétaire dont manifestement nous sommes et seront les premiers à faire les frais. C'est une réalité.

Ainsi si la FA-FPT a jugé opportun de ne pas se joindre à ce mouvement, nous respectons les choix qui sont les siens, mais elle ne saurait soutenir que les mesures prises sont de véritables avancées sociales, ni même que les primes dont nous pouvons bénéficier ne seront pas remises en cause dans l'avenir.

Ainsi en ce qui concerne la revalorisation des grilles indiciaires, personne ne doit être trompé et la vérité est tout autre.

En effet si les Brigadiers Chefs Principaux vont se voir gratifiés d'une augmentation de leur traitement d’environs 125 euros par mois, ce qu'occulte la FA-FPT c'est que les agents ayant atteint le dernier échelon de leur grade depuis trois ans percevaient jusqu'en 2013 la GIPA. Un dispositif permettant le rattrapage de la perte de pouvoir d'achat que nous subissons depuis des années. Le bénéfice d'une GIPA qui représentait en 2013 pas moins de 980 euros pour ces mêmes Brigadiers Chefs Principaux. GIPA à laquelle ils ne seront plus éligibles pendant trois ans. Ainsi en réalité ceux-ci ne bénéficieront-ils que d'une augmentation nette de 25 euros par mois de leur pouvoir d'achat !!!

En réalité ces nouvelles grilles indiciaires et chacun l'aura compris ne sont venues que rétablir la perte de pouvoir d'achat que nous subissons depuis des années, et nous gratifient de quelques miettes en sus qui vont bien vite disparaitre au travers de nos impôts qui ne cessent de croître.

S'agissant du régime indemnitaire, si Monsieur le Premier Ministre a précisé que les mesures budgétaires qui seront appliquées aux collectivités n'impacteront pas sur nos traitements, rien n'est moins sur quant à nos rémunérations qui sont composées comme chacun le sait sauf à la FA-FPT... de nos traitements et de nos primes.

Il est donc judicieux de se poser la question pourquoi dans ces circonstances un tel refus de rendre OBLIGATOIRE la prime ? La réponse est simple son obligation empêcherait sa suppression, voire sa modulation pour des raisons budgétaires. Une prime aujourd'hui qui dans bien des cas depuis l'Arrêt du Conseil d'Etat commune de Cagny sert de « sanction », un arrêt qui du même coup dans ces circonstances deviendrait inopérant également

Si la FA-FPT se félicite d'avoir obtenu un cadre A comment peut-elle alors accepter le détournement de ce texte et d'autres d'ailleurs ? Chacun doit se poser la question de savoir qu'elles sont les actions que celle-ci aurait entrepris pour que ces collègues ne soient pas la risée des maires au point de recruter ce en nombre des directeurs contractuels anciens officiers de la gendarmerie ou de la Police Nationale en retraite qui sont venus ici et là les chaperonner, faisant la preuve sans aucun doute d'un manque de confiance de la part de ces élus locaux en nos cadres A...La réponse est...RIEN...Alors qu'il y a quelques années en arrière cette même organisation appelait à la vigilance concernant ces emplois que seule l'USPPM déférait depuis plus de 20 ans devant les juridictions administratives !!!

Que dire de l'action entreprise pour faire annuler les nominations illégales intervenue en nombre de directeurs de police municipale, permettant à certains dans nos rangs d'obtenir illégalement un tel avantage en activité, un avantage non sans effet sur leur pension, un avantage que d'autres ne pourront qu'éprouver de sérieuses difficultés à obtenir par la voie légale !!! Qui sont les imbéciles...je vous laisse le soin de le deviner... peut-on compter sur cette même FA-FPT pour faire respecter les nouvelles dispositions relatives à la nomination de directeurs de police municipale... Nous pouvons en douter une fois encore.

L'USPPM ne sait pas qui prend les policiers municipaux pour des imbéciles, mais en tous les cas, cela ne semble pas être le fait des organisations syndicales qui appellent au mouvement du 04 mars 2014

 

 Le Président

Bernard VELLUTINI