Libre administration

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

 

mini-livre-constitution-francaise-1958.jpgDans un journal à grand tirage nous pouvons lire qu'une élue utiliserait des agents de police municipale à des fins politiques, en effet, certains agents se seraient vus proposer d'adhérer à un parti politique et distribuer des tracts en civil pour pouvoir bénéficier d'une promotion...

Est-ce réellement un "scoop", combien d'élus de droite comme de gauche utilisent leurs agents à des fins politiques et combien de ces agents acceptent car l'évolution de carrière dépend uniquement de la volonté de l'élu employeur, selon le principe de la libre administration des collectivités territoriales si cher au gouvernement, car c'est bien grâce à ce fameux principe que les gouvernements successifs ont botté en touche les revendications de policiers municipaux en matière de sécurité et en matière salariale !

Aujourd'hui donc, on s'insurge  mais lorsqu'on sait qu'un policier municipal en fin de carrière touchera une retraite de misère, le dilemme est cornélien ...

Ce procédé est injuste certes, il est aussi en désaccord avec le code de déontologie de la police municipale mais combien d'agents exécutent des missions indues car lorsqu'ils les refusent, ils sont invités à quitter la commune ?

Depuis des années l'USPPM dénonce ces dérives, comme elle dénonce aussi "les petits arrangements entre amis"...

il a donc fallu qu'une chaîne de télévision en fasse un sujet pour que les réactions fusent.

Il est bon de préciser également qu'un grand nombre de policiers municipaux sont intègres et professionnels et certains progressent aussi grâce à leurs compétences.

Il s'agit donc, dans la majorité des cas, d'une question de choix et de mentalité.