Site de l'USPPM

banniereusppmrevue.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Blessés en service en 2018 portés à notre  connaissance: 

31 blessés en 2018

Rappel: 87 en 2012, 69 en 2013, 92 et 1 mort en 2014, 84 blessés et 2 morts en 2015, 41 en 2016, 53 blessés et 2 morts en 2017

 

GIVET : un policier municipal renversé

Ce vendredi vers midi un policier municipal a été renversé par un automobiliste sur les quais de Givet. Blessé, l’agent a été transporté conscient au centre hospitalier de Dinant. D’après les premières constatations, il s’agirait d’un acte involontaire. Le policier régulait la circulation à proximité du pont des Américains, comme c’est le cas à chaque jour de marché, lorsqu’un automobiliste a tourné à gauche pour regagner le centre-ville et l’a percuté. D’après des témoins, le conducteur, un homme âgé, ne s’est pas rendu compte de l’accident qu’il avait causé. Identifié, il sera entendu cet après-midi par les gendarmes qui mènent une enquête pour déterminer les circonstances exactes de l’accident.

Lire la suite sur lunion.fr

Saint-Christol-lès-Alès: deux policiers municipaux blessés

Ce week-end aura été particulièrement mouvementé pour des policiers municipaux de l’Hérault et du Gard.
Métropolitain a révélé ici, ce matin, qu’un conducteur en état d’ivresse, accompagné d’un passager, avait foncé sur des policiers municipaux cette nuit, lors d’un contrôle routier à Agde. Le chauffard et son complice, alcoolisés, ont été placés en garde à vue.
On apprend qu’en cette nuit de samedi à dimanche, deux policiers municipaux ont été volontairement renversés par un conducteur fortement alcoolisé, lors d’un contrôle routier installé dans la traversée de la commune de Saint-Christol-lès-Alès, à la périphérie ouest d’Alès. Fort heureusement, les agents municipaux sont légèrement blessés.
Grâce à une diffusion générale des services de la police nationale de la direction départementale de la Sécurité publique du Gard -DDSP 30- et du groupement de gendarmerie du Gard, le chauffard a été intercepté au volant du véhicule, une heure plus tard.
Au moment de son arrestation, il se trouvait en état d’ivresse. Il a été placé en garde à vue au commissariat de police d’Alès.

Lire la suite sur e-metropolitain.fr

Hommage à Clarissa

Note utilisateur:  / 0

hommage clarissa

Afin de rendre hommage à Clarissa Jean Philippe lâchement assassinée lors d'une action terroriste, l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux était représentée par Guillaume MANY. Lors de cette cérémonie qui se déroulait dans la cours de la Préfecture de Police de Paris à 11h, le chef de l'Etat à remis à titre posthume la légion d'honneur avec citation à l'ordre de la nation mardi à notre collègue avant de s'incliner devant son cercueil en silence devant les membres du gouvernement. Enormement de monde était présent afin de rendre un dernier hommage aux trois victimes des forces de l'ordre lors de ces attaques terroristes. Puis le chef de l'Etat a fait un discours sur Clarissa "jeune collègue de 26 ans, elle venait de finir sa FIA au CNFPT de Pantin (93). Elle venait d'être titularisée, son idéal: celui de servir la république. Elle est morte dans l'accomplissement de ses missions." Le président de la République termine par: "grâce à vous la France est debout". Après son discours le chef de l'Etat est le 1er ministre ont fait un passage devant la tribune des syndicats de Police Municipale.

Journée empreinte d'émotions qui nous l'espérons tous à l'USPPM, ne se renouvelle pas.

L'insécurité, un sentiment ou des faits ?

Note utilisateur:  / 0

2-etudiants-assassines-en-malaisie.jpgDepuis quelques temps, il semblerait que certains analystes faute de n'avoir pas pu banaliser la violence, en tentant de l'inclure dans un sentiment d'insécurité plutôt que dans des faits médiatisés ou pas, comparent désormais la violence aux accidents de la vie quotidienne afin de la minimiser.

 

C'est comparer ce qui n'est pas comparable et peu rassurant pour les citoyens d'apprendre que des spécialistes se lancent dans cette forme de désinformation.

 

Désinformation car les faits de violence ne sont pas des accidents, ils sont dus à des comportements, la société évolue  en fonction des normes et des règlements qu'elle met en place,  et elle se dégrade  lorsqu'un individu n'en tient pas compte, animé souvent par un sentiment d'impunité, ou bien marginalisé.

Bref les sanctions semblent s'amoindrir sous couvert de vouloir  préserver la liberté de chacun et la "fameuse" paix sociale.

 

Les analyses servent parfois à argumenter un point de vue mais dans certains cas, elles sont perverties par les  diverses doctrines existantes.

 

La violence est devenue un moyen de communication, de revendication ou d'appartenance à un groupe et un phénomène de mode et elle est davantage condamnée lorsqu'elle est utilisée par un groupe qui est  sensé la réprimer par la force, lorsque  le dialogue est rompu.

 

Ce n'est donc pas dans un salon feutré ou en regardant par une  fenêtre que l'on peut définir cette violence quasi quotidienne, à laquelle les membres des forces de l'ordre sont confrontés.

 

Et avant que la peur ne change définitivement  de camps, il y a lieu de réagir, en donnant des moyens législatifs et matériels plus  efficaces et adaptés, aux forces de l'ordre.

Sous-catégories

Newsletter

Connectez-vous pour entrer sur le site

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.