Site de l'USPPM

banniereusppmrevue.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Blessés en service en 2020 portés à notre  connaissance: 

 Déjà    39  blessés  en 2020

Rappel: 87 en 2012, 69 en 2013, 92 et 1 mort en 2014, 84 blessés et 2 morts en 2015, 41 en 2016, 53 blessés et 2 morts en 201768 blessés en 2018. 2019 :130 blessés, 10 morts

Le 28 mai 2020

 Seine-Saint-Denis : après des échauffourées, un policier retrouve une balle dans son gilet de protection Un policier municipal de Noisy-le-Sec a retrouvé une ogive dans son gilet pare-balles à la suite d’affrontements avec des jeunes du quartier de Béthisy, mercredi soir.

De sérieuses échauffourées ont éclaté mercredi soir à Noisy-le-Sec. Dans le quartier de Béthisy, « l'un des plus durs de la ville » selon le maire (UDI) Laurent Rivoire, une cinquantaine de personnes se sont attaquées à la police municipale, qui était venue pour faire cesser des jets de pétards et disperser les trop nombreux habitants présents sur les lieux.

La tension est montée crescendo. Les effectifs municipaux débordés ont dû faire appel à des renforts de la police nationale. Une trentaine de fonctionnaires étaient sur place au plus fort des violences. Les policiers ont continué à essuyer des jets de projectiles et des tirs de mortiers. Ils ont riposté par les tirs de grenades lacrymogènes.

Quatre gardes à vue

Puis tous se sont repliés et quatre suspects ont été interpellés et placés en garde à vue. Lors des arrestations, un policier municipal âgé d'une trentaine d'années a chuté et s'est légèrement blessé à la jambe.

Avant de prendre le chemin de l'hôpital Jean-Verdier, à Bondy, il a fait un détour par le poste de police pour retirer son gilet pare-balles. C'est alors qu'il s'est aperçu qu'un projectile s'était fiché dans la partie ventrale de son équipement.

«Son gilet pare-balles lui a très certainement sauvé la vie»

Une expertise est en cours et déterminera qui est l'auteur du tir. L'un de ses collègues policiers ? L'un des émeutiers ?

Un policier qui a pu voir une photo du projectile indique : « L'aspect de la cartouche ne ressemble pas à celles que nous utilisons. Il s'agit bien d'une vraie ogive, et pas du plomb de fusil de chasse ». « Son gilet pare-balles lui a très certainement sauvé la vie », ajoute un fonctionnaire de police.

Police municipale armée

Le maire s'est rendu au poste : « J'y ai passé une partie de la nuit. Psychologiquement c'est dur. Le policier blessé a réalisé en revenant de l'hôpital ce qui s'était passé », témoigne Laurent Rivoire.

A Noisy-le-Sec, la police municipale comprend une trentaine d'agents armés (agents de surveillance de la voie publique compris). C'est l'une des priorités du maire qui veut la faire monter encore en puissance : « J'espère que les opposants politiques vont apporter un message de soutien à la police municipale et l'encourager à continuer l'action, car nous avons eu de bons résultats en termes de baisse de la délinquance. »

 

 http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/noisy-le-sec-apres-des-echauffourees-un-policier-retrouve-une-balle-dans-son-gilet-de-protection-28-05-2020-8325315.php

Communiqué SNPM-FO / USPPM

User Rating:  / 0
PoorBest 

 logo usppm officiel   logosnpm

 

A la suite des drames qui viennent de nous frapper encore récemment, la douleur et l'émotion laissent aujourd'hui la place à la colère chez les policiers municipaux.
Colère parce que les drames et les accidents s'accumulent. Pour l'année 2012, nous déplorons un nouveau décès et 85 blessés graves dans nos rangs.  Malgré ces chiffres alarmants, il n'y a aucune réelle réaction positive, ni aucune décision constructive.

ON NOUS ABANDONNE A NOTRE SORT !

Face à ce constat,  Frédéric Foncel et Raphael Gutierrez, Secrétaires Généraux du SNPM-FO (Syndicat National des Policiers Municipaux FO) et Bernard Vellutini, Président de l'USPPM (Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux),  ont décidé de s'exprimer conjointement et de faire front commun sur la question de l'attribution obligatoire de l'armement en arme à feu et de moyens de protection adaptés pour tous les policiers municipaux.
Il faut que le Ministre de l'Intérieur comprenne que la profession ne se satisfait pas de compassion et de simples mots au chevet d'un policier municipal blessé ou devant la dépouille mortelle d'un collègue.
Désormais, c'est le manque de courage des politiques que nous entendons dénoncer !
Monsieur Manuel Valls connaît parfaitement les risques liés à notre profession. Il les connaît tellement bien qu'il a trouvé naturel d'armer les policiers municipaux de la ville d'Evry, dont il  était le  maire jusqu'à sa nomination au gouvernement.
C'est cette position, relayant les revendications de leurs adhérents mais aussi d'une très forte majorité des 20 000 policiers municipaux  de métropole et d'outre mer,  que le SNPM-FO et l'USPPM  lui demande aujourd'hui d'avoir le courage et la volonté de l'imposer aux maires.
Aujourd'hui, le choix est simple.
-         Soit l'on nous considère comme de véritables acteurs de la sécurité publique et l'on nous dote des mêmes moyens que les forces de sécurité de l'état (policiers nationaux et gendarmes, douaniers, agents de l'ONF, ....)
-        Soit l'on refuse de nous attribuer un armement obligatoire et l'on nous cantonne à des missions qui  ne rentrent pas dans le champ de compétences de la sécurité publique.
C'est à Monsieur Ministre de l'Intérieur qu'il appartient aujourd'hui de trancher. Céder à  l'idéologie qui consiste à considérer la sécurité publique comme une compétence exclusivement régalienne (et ce malgré le Code Général des Collectivité Territoriale), soit avoir la volonté et la détermination d'y associer les policiers municipaux, et imposer aux maires une doctrine d'emploi et des règles incontournables en matière de sécurité et de protection des personnels affectés à des missions de sécurité publique sur la voie publique
Nous rappelons que par le passé, il aura suffit que des élus puissent être atteints dans leur enceinte (affaire tragique de la mairie de Nanterre, attentat contre  le maire de Paris ...) pour que la classe politique réagisse fermement.
Nous  n'en attendons pas moins  de leur part à notre égard. Pour toutes ces raisons, les policiers municipaux revendiquent aujourd'hui le droit élémentaire que l'on respecte leur sécurité.

ILS EXIGENT QUE L'ARMEMEMENT DEVIENNE LA REGLE.Monsieur le ministre, LES POLICERS MUNCIPAUX SONT EN DANGER !Ils en appellent à vous !

Monsieur le Ministre, vous êtes le premier responsable de la sécurité publique, affirmez votre autorité face à l'incurie de certains maires
Le SNPM-FO et l'USPPM sollicitent  une audience dans les meilleurs délais et l'ouverture de réelles négociations spécifiques à l'armement obligatoire.
A défaut, le SNPM-FO et l'USPPM prendront leurs responsabilités et n'excluent aucune forme d'action.


LE SNPM-FO ET L'USPPM INVITENT  LES SYNDICATS REPRESENTATIFS FAVORABLES A CETTE POSITION A PARTICIPER A UNE TABLE RONDE

Newsletter

Connectez-vous pour entrer sur le site

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.