Site de l'USPPM

Banniere_rejoigneznous.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Blessés en service en 2019 portés à notre  connaissance: 

 Déjà   107  blessés et 8 morts en 2019

Rappel: 87 en 2012, 69 en 2013, 92 et 1 mort en 2014, 84 blessés et 2 morts en 2015, 41 en 2016, 53 blessés et 2 morts en 201768 blessés en 2018

A Poligny, il mord le policier municipal en pleine rue
Mercredi soir un événement a provoqué une certaine confusion dans la Grande Rue.
Ce mercredi soir, alors même que l’association théâtrale Mi-Scène effectuait sa parade de présentation de sa nouvelle saison dans les rues de Poligny, un événement a provoqué une certaine confusion parmi les spectateurs qui suivaient la parade.
Un homme à terre mais ce n’était pas du théâtre

En passant dans la Grande-Rue, un homme était à terre. Il était maintenu au sol par plusieurs autres personnes. Il ne s’agissait pas d’une scène de cette parade théâtrale comme certains ont pu le croire mais bel et bien d’un banal fait-divers.

Vers 18h30 cet individu, toxicomane et qui avait ingéré des cachets a dit ne pas se sentir bien. La police municipale lui a porté secours et les sapeurs-pompiers ont été alertés. Peu après, l’homme s’est subitement relevé et a indiqué qu’il allait partir sans attendre les secours qui étaient en cours d’intervention. Il a violemment menacé puis mordu un policier municipal. L’individu a été maîtrisé et maintenu à terre pour sa propre sécurité avant d’être conduit à l’hôpital de Lons-le-Saunier. La gendarmerie s’est portée sur les lieux. A priori, l’auteur des faits, un jeune homme âgé d’environ 20 ans, ne réside pas à Poligny.


https://actu.fr/bourgogne-franche-comte/poligny_39434/il-mord-policier-municipal-pleine-rue_27169462.html?fbclid=IwAR1EBmZl9pse2XKp8VXR4oK-c-uYPvbP8QbYl1jVgDb3U1-YMEV9LXjJ5eE

 

  Décès inexpliqué d'un policier municipal d'Orléans

Le parquet d'Orléans a chargé les enquêteurs de la police judiciaire d'éclaircir les circonstances du décès d'un agent de la ville et de sa défenestration survenue vendredi. Y a-t-il un lien, entre l’homme retrouvé mort au bas d’un immeuble vendredi après-midi, avenue de Trévise, à Orléans, et le communiqué relatif au décès d’un agent de la police municipale, adressé par la ville d’Orléans quelques heures plus tard ? Il s’agit bien de la même personne indique le parquet d’Orléans, qui confirme aussi l’ouverture d’une enquête.

« Zones d’ombre »

L’agent n’était pas en tenue et « pas en fonction....

Lire la suite de l'article sur larep.fr

LES MAIRES POURRAIENT-ILS EN L’ETAT DE LA LEGISLATION METTRE EN OEUVRE UNE BRIGADE ANTI-CRIMINALITE (BAC) ?

User Rating:  / 1
PoorBest 

LES MAIRES POURRAIENT-ILS EN L’ETAT DE LA LEGISLATION METTRE EN OEUVRE UNE BRIGADE ANTI-CRIMINALITE (BAC) ?

A l’image des brigades anti criminalité (BAC) de la Police Nationale pour assurer une meilleure sécurité publique les maires pourraient-ils en toute légalité faire assurer la surveillance de l’espace public par des unités en civil ?

La réponse apparaît affirmative.

En effet, il suffirait aux élus locaux de recruter en lieu et place de policiers municipaux qui ne peuvent qu’exercer leur fonction en tenue d’uniforme et utiliser des véhicules sérigraphiés, de recruter des gardes champêtres, d’ailleurs disposant de pouvoirs judiciaires plus étendus.

Des gardes champêtres qui en l’état de la règlementation ne sont astreints à aucun port de tenue d’uniforme dans l’exercice de leur fonction, à l’exception d’une plaque comportant la mention « LA LOI » et d’un képi, autant dire en civil. Des gardes champêtres pouvant librement en l’absence de toute règlementation en ce sens circuler à bord de véhicules non sérigraphiés, des véhicules banalisés. Des gardes champêtres disposant du droit de port d’arme dans l’exercice de leur fonction.

Un recrutement possible quelle que soit la strate démographique de la commune aucune limite ne fixant le seuil d’habitants au delà duquel il serait impossible à une commune de recruter un garde champêtre.

Il est donc dans ces circonstances particulièrement surprenant que des maires puissent en toute illégalité ici où là mettre en œuvre de pseudo-gardes locales composées de contractuels et ainsi faire naître la polémique et prendre le risque de voir sanctionné une telle décision par la justice administrative.

Aujourd’hui la seule difficulté pour les maires serait sans doute, faute de concours spécifique, de pouvoir recruter des gardes champêtres en nombre pour mener à bien la mise en œuvre de véritables BAC municipales.

Un tel constat ne peut que nous conduire à nous interroger sur ce qui motive les maires de nombreuses communes rurales où la délinquance semble être particulièrement active à doter le garde champêtre d’une tenue d’uniforme de « POLICE RURALE » un corps qui n’a aucune existence légale, d’un véhicule comportant une sérigraphie d’ailleurs bien souvent également illégale en ce quelle reprend des éléments exclusifs de la police municipale, le rendant ainsi parfaitement identifiable et repérable aux yeux de tous y compris des petits délinquants aux aguets ?        

 
Thumbnails:
Downloads: 28

Newsletter

Connectez-vous pour entrer sur le site

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.