Site de l'USPPM

banniere_animee.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Blessés en service en 2020 portés à notre  connaissance: 

 Déjà    56  blessés  en 2020

Rappel: 87 en 2012, 69 en 2013, 92 et 1 mort en 2014, 84 blessés et 2 morts en 2015, 41 en 2016, 53 blessés et 2 morts en 201768 blessés en 2018. 2019 :130 blessés, 10 morts

Manosque : il lance deux galets à la tête d’un policier municipal

Le fonctionnaire de police a subi cinq jours d’incapacité totale de travail, à la suite des faits survenus vendredi 31 juillet.

Un homme de 46 ans s’en est pris à des policiers municipaux, ce vendredi 31 juillet, au lac des Vannades à Manosque. Il n’aurait pas apprécié que ces derniers lui demandent de tenir son chien en laisse. Le ton est monté. Le quadragénaire, de plus en plus violent, a pris deux galets qu’il a lancés au visage d’un des deux agents, touché à la tempe. Résultat : cinq jours d’incapacité totale de travail. Les fonctionnaires de la police nationale ont été appelés en renfort. Alors qu’ils voulaient l’interpeller à leur tour, ils se sont confrontés à un homme encore très récalcitrant. Ils ont fini par l’arrêter et le mener au commissariat où le quadragénaire est placé en garde à vue. Face aux propos de plus en plus incohérents de ce dernier, une expertise psychiatrique a été ordonnée. Le quadragénaire a fait l’objet d’une hospitalisation d’office, mardi 2 août.

https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2020/08/03/manosque-il-lance-deux-galets-a-la-tete-d-un-policier-municipal?fbclid=IwAR1v0EMbO5qzGw4nqjAXfklJmmwBlc6T1mcMKDyAqGr0b54PGo4vaGz669U

Suicide d'un policier municipal

User Rating:  / 0
PoorBest 

«Je l’ai assassiné» : les aveux du policier, accusé du meurtre de Villemomble, dans sa lettre de suicide

Le policier municipal, qui s’est suicidé mercredi après avoir tué un septuagénaire à Villemomble (Seine-Saint-Denis), a laissé une lettre dans laquelle il détaille son mobile. Il travaillait dans les Hauts-de-Seine.

Ce mercredi à Villemomble. Un corps a été retrouvé ce lundi au 81, avenue de Franklin. LP/M.Fr.

 

Le meurtre du 81, avenue Franklin à Villemomble était prémédité. Dans une lettre manuscrite, révélée par Europe 1, le policier municipal, qui s'est donné la mort, mercredi, avec une arme à feu, explique avoir tué la victime, un homme de 75 ans, pour se venger.

Le motif ? Sa victime, le neveu de sa voisine, ne voulait pas convaincre cette dernière de lui vendre sa maison. Le corps de la victime a été retrouvé dans le grenier du pavillon, lundi, sous un amas d'objets et vêtements.

« Je reconnais être le seul assassin », avoue le suspect maintenant décédé, dans un message vocal sur le téléphone de son ex-femme. Mais surtout, il reconnaît dans sa lettre les coups mortels et son mobile : « Je l'ai assassiné car il ne voulait pas convaincre sa tante de me vendre la maison », écrit-il, avant d'ajouter : « Cela m'aurait permis de faire une plus-value […] parce que je divorce ».

« Il n'avait pas répondu à la convocation »

L'homme travaillait dans les Hauts-de-Seine. Affecté depuis seulement lundi à la police municipale de Boulogne-Billancourt, l'agent, prénommé Alexis, n'a pas eu le temps de faire vraiment connaissance avec ses collègues. Il a travaillé lundi et mardi et était en repos mercredi. Jour de sa convocation à la Brigade criminelle, à laquelle il a échappé en se donnant la mort.

Au Plessis-Robinson, où l'intéressé a passé auparavant quatre mois dans l'équipe de la police municipale, il n'avait pas posé de problème particulier et il avait demandé lui-même sa mutation, selon l'entourage du maire. En cas de besoin, la mairie du Plessis mettra une cellule d'aide psychologique à disposition des anciens collègues du défunt suspecté de meurtre.

Pour l'instant, ses anciens collègues n'ont pas sollicité ce soutien psychologique. En quatre mois, le jeune homme, qui venait de la police municipale de Nogent-sur-Marne, n'a pas eu le temps de lier des amitiés profondes. Surtout que le dernier mois, Alexis était en arrêt maladie.

(Ne pas oublier que l'intéressé a agi à titre personnel par purs intérêts pécuniers, les faits n'ont donc pas été commis dans le cadre de l'exercice de sa fonction  )

Newsletter

Connectez-vous pour entrer sur le site

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.