Site de l'USPPM

banniere_animee.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Blessés en service en 2020 portés à notre  connaissance: 

 Déjà  112 blessés  en 2020

Rappel: 87 en 2012, 69 en 2013, 92 et 1 mort en 2014, 84 blessés et 2 morts en 2015, 41 en 2016, 53 blessés et 2 morts en 201768 blessés en 2018. 2019 :130 blessés, 10 morts, 2020 1 mort

Un policier municipal renversé et blessé lors d'un contrôle de police à Vitrolles

La scène s'est déroulée vers deux heures du matin entre le quartier du Bosquet et de la Petite Garrigue. Lors d'un contrôle routier nocturne, un véhicule a refusé de s'arrêter à un barrage mis en place par les forces de l'ordre, un policier municipal s'est alors interposé devant la voiture qui lui fonçait dessus, voyant qu'elle ne s'arrêtait pas, il a tiré avec son arme de service en état de légitime défense. Le fonctionnaire a été percuté et blessé, miraculeusement, il ne souffre que des blessures aux côtes et à la cheville, il a été hospitalisé, ses jours ne sont pas en danger. Les occupants du véhicule ont évidemment pris la fuite, mais ils ont été interpellés un peu plus tard, par un véhicule des policiers de la Bac en patrouille de nuit. Le conducteur, encore mineur, et son passager ont tous les deux été interpellés. Ils sont en garde à vue.

A Vitrolles, les policiers sont par ailleurs sur la piste d'un incendiaire qui s'en prend aux voitures, 12 véhicules ont été brûlés dans le quartier du Bosquet dans la nuit de lundi à mardi, 4 directement et les autres après propagation des flammes.

https://www.maritima.info/depeches/faits-divers/vitrolles/72185/un-policier-municipal-renverse-et-blesse-lors-d-un-controle-de-police-a-vitrolles.html?fbclid=IwAR0VwReg-esQ0CK1MJMAucOuUcWoKl_CJhhb179XRamolqKysUGINZjTVqg

 

Suicide d'un policier municipal

User Rating:  / 0
PoorBest 

«Je l’ai assassiné» : les aveux du policier, accusé du meurtre de Villemomble, dans sa lettre de suicide

Le policier municipal, qui s’est suicidé mercredi après avoir tué un septuagénaire à Villemomble (Seine-Saint-Denis), a laissé une lettre dans laquelle il détaille son mobile. Il travaillait dans les Hauts-de-Seine.

Ce mercredi à Villemomble. Un corps a été retrouvé ce lundi au 81, avenue de Franklin. LP/M.Fr.

 

Le meurtre du 81, avenue Franklin à Villemomble était prémédité. Dans une lettre manuscrite, révélée par Europe 1, le policier municipal, qui s'est donné la mort, mercredi, avec une arme à feu, explique avoir tué la victime, un homme de 75 ans, pour se venger.

Le motif ? Sa victime, le neveu de sa voisine, ne voulait pas convaincre cette dernière de lui vendre sa maison. Le corps de la victime a été retrouvé dans le grenier du pavillon, lundi, sous un amas d'objets et vêtements.

« Je reconnais être le seul assassin », avoue le suspect maintenant décédé, dans un message vocal sur le téléphone de son ex-femme. Mais surtout, il reconnaît dans sa lettre les coups mortels et son mobile : « Je l'ai assassiné car il ne voulait pas convaincre sa tante de me vendre la maison », écrit-il, avant d'ajouter : « Cela m'aurait permis de faire une plus-value […] parce que je divorce ».

« Il n'avait pas répondu à la convocation »

L'homme travaillait dans les Hauts-de-Seine. Affecté depuis seulement lundi à la police municipale de Boulogne-Billancourt, l'agent, prénommé Alexis, n'a pas eu le temps de faire vraiment connaissance avec ses collègues. Il a travaillé lundi et mardi et était en repos mercredi. Jour de sa convocation à la Brigade criminelle, à laquelle il a échappé en se donnant la mort.

Au Plessis-Robinson, où l'intéressé a passé auparavant quatre mois dans l'équipe de la police municipale, il n'avait pas posé de problème particulier et il avait demandé lui-même sa mutation, selon l'entourage du maire. En cas de besoin, la mairie du Plessis mettra une cellule d'aide psychologique à disposition des anciens collègues du défunt suspecté de meurtre.

Pour l'instant, ses anciens collègues n'ont pas sollicité ce soutien psychologique. En quatre mois, le jeune homme, qui venait de la police municipale de Nogent-sur-Marne, n'a pas eu le temps de lier des amitiés profondes. Surtout que le dernier mois, Alexis était en arrêt maladie.

(Ne pas oublier que l'intéressé a agi à titre personnel par purs intérêts pécuniers, les faits n'ont donc pas été commis dans le cadre de l'exercice de sa fonction  )

Newsletter

Connectez-vous pour entrer sur le site

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.