Site de l'USPPM

Banniere_rejoigneznous.gif

Agression de Cebazat, l'USPPM intervient auprès du Procureur de la République

User Rating:  / 0


Courrier transmis au procureur de la république de Clermont-Ferrand suite à une agression sur un ASVP

 

guillemet orange15x15ouvert OBJET : Recherche des responsabilités de l'employeur public dans l'agression d'un ASVP à CEBAZAT le vendredi 14 août 2020

Monsieur le Procureur,

Le quotidien la MONTAGNE se fait l’écho qu'un Agent de Surveillance de la Voie Publique de CEBAZAT (63118) a été blessé à la suite du refus d'obtempérer d'un conducteur d'un scooter, lequel sera interpellé par les policiers municipaux.

Les conditions dans lesquelles ce fonctionnaire a été blessé apparaissent à la seule lecture de cet article particulièrement floues.

Considérant que les ASVP n'ont que pour seule mission essentielle la régulation du stationnement et la propreté des voies de circulation,  il nous apparaît nécessaire que soient établies dans quelles conditions légales celui-ci aurait été conduit à intervenir....guillemet orange15x15

 

Télécharger le courrier pour lecture et affichage:

Downloads: 75

Intervention du Président de l'USPPM sur CNEWS

User Rating:  / 1

Le 30 juillet 2020, le président de l'USPPM est intervenu sur CNEWS dans l'émission "l'Heure des Pros".

Le sujet étant:"Faut-il désarmer la Police Municipale?", l'USPPM ne pouvait pas donner de réponse "politiquement correcte" ni pratiquer la langue de bois!

CNEWS

 

Pour regarder le sujet complet sur CNEWS: ICI

L'USPPM intervient à BOURG

User Rating:  / 0

Bourg SudOuest

Source: sudouest.fr

COMPIEGNE LA SANCTION D’UN "CALIFE" ANNULEE PAR LA JUSTICE ADMINISTRATIVE

User Rating:  / 1

L’USPPM assurant la défense de notre collègue de COMPIEGNE, celui-ci a obtenu de la justice administrative l’annulation de la décision prise par le Directeur Général des Services.

 

C’est ainsi que l’auteur de la décision, bien mal inspiré sans doute,  devait reprocher à un équipage de la Police Municipale de ne pas avoir assisté un agent recenseur de la commune, mission figurant au bulletin de service.

 

La seule lecture des observations des agents mis en cause livrées dans le cadre de la procédure disciplinaire, à l’exception de celles de leur supérieur hiérarchique sanctionné, observations versées au dossier d’instruction paradoxalement par la partie adverse, ne pouvait manifestement qu’inciter l’auteur de la décision à comprendre qu’un tel reproche ne pouvait pas être retenu et abandonner toute idée de sanction.

 

Le juge a estimé alors même que les agents soutenaient ne pas avoir eu connaissance du bulletin de service,  que leur supérieur hiérarchique a été sanctionné, que la partie défenderesse se limitant sans en rapporter la preuve de la connaissance acquise par les agents de la mission confiée, qu’il ne pouvait valablement être fait un tel grief à notre collègue et a annulé la sanction disciplinaire. 

 

(TA d’AMIENS-20/05/2020- M. G c/Cne de COMPIEGNE)

 

Dans ces affaires disciplinaires qui se succèdent nous sommes contraints de faire le constat que la gestion de l’administration n’a plus aucun intérêt pour le politique, celle-ci étant confiée à de petits chefs comprenant bien vite qu’ils sont les maitres absolus à bord et qui ont tôt fait de s’ériger en Calife des lieux, prenant des décisions qui de toute évidence sont contestables pour nombre d’entre elles et dont ils savent que peu oseront, auront cette audace de s’y opposer des décisions qui peuvent avoir de sérieuses répercutions sur la santé morale des agents ce qui les rend d’autant plus iniques que celles-ci ne seront suivies d’aucune excuse.  Ainsi à COMPIEGNE seul notre collègue a osé et il a eu raison de ne pas accepter l’inacceptable, d’être sanctionné pour une faute qu’il n’a assurément pas commise.

SAUMUR, un agent défendu par l'USPPM ne sera pas sanctionné

User Rating:  / 0

"... Le seul engagement de la procédure disciplinaire n’est pas un acte anodin sans conséquence, un tel acte peut affecter outre la carrière mais également l’agent sur le plan moral ce en dehors de toute sanction, ce qui pour les princes  semble superfétatoire au point d’agir péremptoirement et pour qui les excuses le sont alors tout autant... "

(cahier - USPPM)

Il aura suffit qu’une administrée, sans doute ayant des connaissances, adresse à un cadre de la commune de SAUMUR un courriel le 10 AOUT 2019 sur le comportement ce même jour de notre collègue à son égard pour que l’Autorité territoriale engage à son encontre la procédure disciplinaire le 7 janvier 2020 !

 

Assisté par notre délégué au cours de l’entretien contradictoire et ce après avoir livré au préalable des observations écrites, étant relevé de la tardiveté avec laquelle l’administration entendait sanctionner un agent sur des faits qui relèvent du quotidien des policiers municipaux, notamment le rappel aux règles de sécurité aux piétons qui se mettent en péril. Tardiveté qui ne pouvait que mettre en difficulté dans ces circonstances l’agent , niant toutefois  ce à aucun moment de l’accomplissement de ses missions ce tout au long de sa carrière n’avoir jamais eu le moindre comportement contraire à son code de déontologie.

 

Comment se souvenir ce après plusieurs mois avec l’exactitude qui convient, d’avoir rappelé les règles à une mère de famille, sans doute n’ayant pas apprécié simplement le fait d’être interpellée en public dont l’enfant ayant échappé à sa vigilance s’est précipité sur le passage piéton au risque de se faire reverser par un automobiliste !

 

L’opportunité de la sanction relevant de la seule compétence de l’ Autorité territoriale, celle-ci après avoir été interrogée sur ses intentions, devait nous informer le 3 avril 2020 qu’elle entendait renoncer à toute idée de sanction.

LA JUSTICE ADMINISTRATIVE DONNE UNE NOUVELLE FOIS RAISON A NOTRE DELEGUE DE LA REUNION

User Rating:  / 0

 

Sanctionné disciplinairement pour une faute qui ne pouvait pas lui être imputable en l’absence de tout respect des droits de la défense, assisté par le service juridique interne au syndicat, notre collègue devait porter à la censure des juges administratifs de Saint Denis de la Réunion la décision de Monsieur le Maire de Bras-Panon, multipliant les mesures à l’encontre de ce dernier.

Le Maire de Bras-Panon qui restera muet ne produisant aucun mémoire en défense, sans doute conscient de la violation des droits de notre collègue, sans doute estimés superfétatoires.

C’est ainsi que par jugement en date du 8 avril 2020, les juges de la juridiction de premier ressort devaient annuler la sanction prise à l’encontre de notre collègue et délégué syndical.


(TA de SAINT DENIS-08/04/2020-M. X /c Cne de BRAS-PANON)

La prise de décisions multiples par Monsieur le Maire de BRAS-PANON toutes annulées par la justice  à l’encontre de ce collègue ne peuvent que nous interpeller et poser la question de l’existence ou non d’une situation de harcèlement moral au travail.

Gisors, une nouvelle victoire

User Rating:  / 0

 

LA JUSTICE ADMINISTRATIVE DONNE RAISON A NOTRE COLLEGUE DE GISORS

index Notre collègue alors en poste à Gisors considérant des illégalités dans le déroulement de son entretien d’évaluation professionnelle pour l’année 2017, assistée par le service juridique interne au syndicat devait porter celui-ci à la censure des juges administratifs.

Par jugement en date du 3 avril 2020, la juridiction administrative de Rouen devait annuler l’entretien professionnel d’évaluation de notre collègue pour l’année 2017.

TA de ROUEN-03/04/2020-Mme X/c Commune de GISORS

 

LA JUSTICE ADMINISTRATIVE DONNE RAISON A NOTRE DELEGUE DE LA REUNION

User Rating:  / 0

Ta de la RéunionNotre collègue a qui Monsieur le Maire de Bras-Panon (La Réunion) avait accordé puis annulé la décision par laquelle celui avait reconnu l’imputabilité de l’accident de service survenu le 13 mai 2016 , accordé puis retiré également le bénéfice de la protection fonctionnelle, ayant fait le choix dans ce dossier d’être représenté par son Conseil, la juridiction administrative de Saint Denis de la Réunion par jugement en date du 2 avril 2020 a annulé les deux décisions prises par Monsieur le Maire de Bras-Panon.

(TA de SAINT DENIS-02/04/2020- M. X c/Cne de BRAS-PANON)