Site de l'USPPM

banniere_animee.gif

les agents de la Penne sur Huveaune récompensés par le ministère de l'intérieur

Note utilisateur:  / 0

Par courrier en date du 09 mars 2018, soucieux de la reconnaissance du professionnalisme des Policiers Municipaux, le président national de l'USPPM saissisait les services du Ministère de l'Intérieur à la suite de la découverte de 250 kg de résine de cannabis par MARCEL KUBIAK Chef de Service de 2ème classe et GAEL MARY Brigadier de la commune de la Penne sur Huveaune.

 

En effet, le 05 mars 2018, peu avant 8h00, l’attention de cette patrouille de police municipale de LA PENNE SUR HUVEAUNE composée de ces deux agents a été attirée par trois véhicules stationnés sur un parking isolé chemin des arcades.
A leur arrivée, deux véhicules ont démarré à très vive allure, un individu restant stationné dans un troisième véhicule prenant la fuite à travers les bois abandonnant sur place le dit véhicule avec à l’intérieur 5 ballots de résine de cannnabis.
N’ayant aucun doute sur la nature du chargement, ils ont immédiatement averti le chef de poste du commissariat d’AUBAGNE et sécurisé les lieux.

Si l’intervention s’est bien déroulée et nous ne pouvons que nous en réjouir ; il n’en ressort pas moins que cette intervention aurait pu avoir une issue tout à fait différente comme le soulignait l’enquêteur du service de police judiciaire dans une interview accordée au journal LA PROVENCE.
Considérant les faits, le président sollicitait la préfecture afin qu'il soit jugé opportun, d'envisager que ces deux fonctionnaires émérites, le Chef de Service 2ème classe KUBIAK MARCEL et le Brigadier MARY GAËL dont les dossiers personnels laissent apparaître plusieurs témoignages de satisfaction, puissent recevoir la médaille de la sécurité intérieure à l'échelon bronze.

 

C'est ainsi que le 11 mars 2019, le président se rendait au poste de police municipale de LA PENNE SUR HUVEAUNE pour remettre à Messieurs KUBIAK et MARY la médaille de la sécurité intérieure à l'échelon bronze.

Vignettes :
Téléchargements : 26

l'efficacité de l'USPPM défendant un ASVP à Aubagne

Note utilisateur:  / 0

Encore une fois l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux fait la démonstration de son efficacité à assurer la défense de collègues visés par la procédure disciplinaire.

Dans ce dossier et ce dans le cadre du respect des droits de la défense, notre collègue ASVP en poste à la Commune d’Aubagne devait être invité, bien que cela ne soit pas obligatoire, à présenter des observations orales lors d’un entretien en présence de Mme la Directrice des Ressources Humaines et Monsieur le Directeur de la Police Municipale et de Mme la responsable du CSU.

Au cours de cet entretien assisté par deux Conseils de l’USPPM notre collègue face aux griefs portés contre lui à livré sa version concernant les relations tendues existantes entre Mme la Responsable du CSU et lui même.

Cet entretien aura permis de mettre en lumière des responsabilités partagées. Les intéressés ayant cédés chacun à des bruits de couloir. Qui ne pouvaient que faire naître incompréhension et exaspération de part et d’autre. Des bruits de couloir qui ont contribué sans aucun doute à la détérioration du climat entre la responsable du CSU et notre collègue.

C’est ainsi qu’au terme de cet entretien, notre collègue ASVP devait-être informé par un courrier du 8 février 2019 que la procédure disciplinaire initié à son encontre était abandonnée

Téléchargements : 20

Lille « Ne pas armer la police municipale, c’est irresponsable »

Note utilisateur:  / 0

 Les explications de la ville sur les difficultés de recrutement au sein de la police municipale a mis l’USPPM en pétard. L’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux dénonce « l’idéologie » de la ville et promet d’engager sa responsabilité pénale en cas de drame.

« Les profils de Rambo ne nous conviennent pas », la formule, qui ne peut résumer notre article et le propos de la ville, n’est pas passée auprès de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM). « Les policiers municipaux armés ne sont pas des «Rambo» mais des femmes et des hommes désireux de rentrer indemnes après leur service pour rejoindre leur famille ! Les armes qu’utilisent les malfrats sont des armes de guerre et certains élus employeurs refusent de doter les policiers municipaux sous divers prétextes fallacieux, tout en leur demandant d’exercer des missions de sécurité publique », indique Jean-Louis Del Pistoia, directeur national de la communication de l’USPPM. Et d’ajouter, évoquant les attentats de Paris : « Comment peut-on arrêter un véhicule lancé dans la foule sans moyens ? » L’USPPM indique par ailleurs sa volonté de poursuivre les élus sur le plan administratif et pénal « en cas d’atteinte à l’intégrité physique d’un agent ou pire ».

«On ne vit plus dans un monde de Bisounours!»

Comme Bordeaux, et bientôt Paris où Anne Hidalgo veut créer une police municipale sans armes à feu, Lille a fait le choix de ne pas armer les policiers municipaux estimant que cette police du quotidien « n’a pas à se substituer à la police nationale. » Argument que Sylvain Sergent, référent USPPM à Lille, brigadier-chef à Lomme, ne peut plus entendre. « On ne vit plus dans un monde de Bisounours ! Plusieurs collègues sont tombés face à des terroristes. Et Lille n’est pas une commune à part en France. Il y a beaucoup de difficultés dans les quartiers. Nous sommes de plus en plus exposés. Tout est une cible potentielle dans une ville comme Lille. Les policiers municipaux sont sur le terrain 24 h/24. »

La formation intègre des exercices avec une arme

Le discours de proximité prôné par la ville serait loin de la réalité : « On intervient pour les tapages nocturnes, les troubles à l’ordre public, il arrive que l’on tombe sur des flagrants délits de braquage. Nous sommes mobilisés pour toutes les grandes manifestations... Il peut tout arriver dans ces moments-là. » Selon lui, la majorité des policiers municipaux de Lille réclame une arme létale. « Le maire ne veut pas l’entendre, pour des questions d’idéologie. C’est irresponsable. Mais
d ans les formations assurées par le CNFPT, nous sommes entraînés à réagir avec une arme que nous n’avons pas. » Malgré des conditions de travail plus favorables qu’ailleurs (horaires 8 h-12 h/14 h-17 h et 12 h-19 h une semaine sur deux, heures supplémentaires rémunérées...), les titulaires seraient de moins en moins nombreux à postuler à Lille. « Il y a de moins en moins de monde sur le terrain alors que les Lillois attendent toujours plus de nous. »

 Angélique Da Silva Dubuis | 18/02/2019

Article paru sur lavoixdunord.fr

Réponse du Sous-Préfet de Muret (31)

Note utilisateur:  / 0
Pigeonnier de Frouzins
Suite à la saisine de Bernard VELLUTINI concernant l'emploi d'ASVP pour des missions qui ne sont pas les leurs par la mairie de FROUZIN dans la Haute-Garonne, Mme Le Sous-Préfet de MURET nous informe avoir fait un rappel à Mr le MAIRE de la circulaire NORINTD1701897C du 28 avril 2017.

 

 

 Courrier ASVP FROUZIN thum

Téléchargements : 30

La Ciotat, un élu suit l'action de l'USPPM

Note utilisateur:  / 0
L'USPPM suite à divers problèmes rencontrer par les agents de la commune de LA CIOTAT saisi des élus du conseil municipal afin que ces derniers questionnent Mr le Maire. 

 

guillemet orange15x15Monsieur le Conseiller,

 Collaborateur de Monsieur Grégory VALETTE J'entends par le présent courriel vous remercier pour la demande de documents administratifs que vous avez entendu fomuler auprès de Monsieur le Maire de CIOTAT.

Je constat toutefois que les fiches prévues à l'article 14-1 du décret de 1985 qui vous ont été transmises n'existaient pas à la date de votre demande,  en effet celles-ci sont datées du 29/05/2018, des fiches dont les éléments relevés par le médecin de la médecine preventive ne peuvent que nous interroger notamment sur les fiches concernant la police municipale.

Des fiches sans doute établies dans l'urgence au point de ne pas vous avoir communiquer les fiches de toute évidence antérieure à la date de votre demande.

 Ainsi, le médecin ne relève t-il aucun risque d'exposition aux incendies et aux explosions, alors même que les policiers municipaux sont parfois sur de telles situations les primo-intervenants, il ne relève aucun risque également concernant les risques parasitaires ou infectieux, alors que les policiers sont conduits à interpeller, transporter, des individus à l'hygiène douteuse comme les SDF et certaines franges de la population  atteint de tuberculose, à transporter des animaux capturés par leurs soins et vecteurs de parasites  pouvant avoir des conséquences sérieuses sur la santé humaine (lime, pyroplasmoseleptospsyrose, gale etc..) sans présager du risque de morsure(Rage). Plus sérieusement ces fiches ne relèvent pas que des agents de police municipale sont isolés dans l'exercice de leur fonction, comme ce fut le cas pendant de nombreux mois pour un agent affecté au CSU (Mme D.C.), ni même pour l'agent affecté au poste de police municipale centre ville (M. G.V).guillemet orange15x15ouvert
Courrier Elu La ciotat

La préfecture de l'Oise ne préfère pas prévenir...

Note utilisateur:  / 0

En réponse à Monsieur le Préfet de l'Oise, l'USPPM campe sur ses positions ! COMPTEZ SUR NOUS MONSIEUR LE PREFET POUR RECHERCHER LES RESPONSABILITES DE CHACUN !

 

 

 

Monsieur le Préfet,

Par la présente j'entends vous remercier pour la réponse que vous avez entendu nous adresser concernant la mise en oeuvre de patrouilles mixtes police municipale/Police Nationale.
Toutefois, quand bien même ces patrouilles n'auraient que pour seul but la visibilité des effectifs sur le terrain, il ne peut-être nié que les policiers municipaux seront dès lors en cas d’événements imprévisibles exposés aux mêmes risques que leurs collègues de la police nationale auxquels ils seront alors associés dans l'action et loin parfois de disposer des mêmes moyens de protection et de défense.
Un événement qui pourrait mettre en évidence au moyen d'une information judiciaire certaines responsabilités, le ou les donneurs d'ordres ne pouvant ignorer l'inadéquation entre les risques encourus et les moyens donnés aux policiers  municipaux ce quelle que soit la nature de la mission, le risque ne pouvant pas être écarté, une évidence.

Je vous prie d'agréer Monsieur le Préfet l'expression de mes sentiments les meilleurs

Monsieur Del Pistoia Jean Louis
Directeur national de la communication de l'USPPM

Téléchargements : 26

ASVP Patrouilles mixtes

Note utilisateur:  / 0

Saisi par l'USPPM, Monsieur le Préfet de l'Eure rapelle les règles concernant les patrouilles mixtes et les seules missions qui peuvent être confiées aux ASVP à Monsieur le Maire de GISORS

Dinan : des pistolets électriques pour les policiers municipaux

Note utilisateur:  / 0

Réaction de l'USPPM courriel transmis à la rédaction suite à cet article

guillemet orange15x15Madame Monsieur bonjour
En ma qualité de directeur national de la communication de l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux je souhaiterais réagir à votre article 
Il est question de doter les policiers municipaux de Dinan de pistolets à impulsion électriques, comment pourront-ils assurer pleinement les missions inscrites dans le Code Général des Collectivités Territoriales (article L2212-2) et le Code de la Sécurité Intérieure (Article 511-1) c'est à dire le bon ordre, la salubrité, la tranquillité mais également la SECURITE publiques, or nous avons vu que la violence peut frapper n'importe où et notre liste des victimes du devoir est bien trop longue pour accepter que certains refusent de doter ces agents de moyens suffisants pour protéger autrui mais également eux même.
Que peut faire un policier municipal doté d'une telle arme face à un individu lourdement armé et déterminé ou bien face à un véhicule lancé dans la foule ?
En tout état de cause, si un accident de service devait avoir lieu, et qu'il est démontré que les moyens mis en oeuvre n'etaient pas suffisants, l'élu risquerait de voir ses responsabilités administratives mais également pénales engagées.

Je vous prie d'agréer Madame, Monsieur mes salutations distinguéesguillemet orange15x15ouvert