Site de l'USPPM

banniereusppmrevue.gif

Courrier adressé à Mme Le Pen

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Madame la Députée,

Nous avons été particulièrement attentifs à vos remarques lors de votre passage sur Antenne2 sur la répartition des aides de l’État en direction des seules zones urbaines, notamment des quartiers sensibles au détriment des zones rurales, des aides qui jusqu'à présent n'ont manifestement pas sur le plan de la sécurité apportées de grands bouleversements, la délinquance, la criminalité, ce sous toutes leurs formes étant omniprésentes.

A l'heure où Monsieur le Président de la République et Monsieur le Ministre de l'Intérieur annonce la mise en oeuvre de la PSQ (Police de la Sécurité au Quotidien) nous nous interrogeons sur le déploiement de cette nouvelle police sur l'ensemble du territoire. Il est probable qu'un tel dispositif ne puisse concerner que les seules zones urbanisées excluant une fois encore les zones rurales où cependant la délinquance est fortement présente.

En effet, Madame la Députée comment croire que Monsieur le Ministre de l'Intérieur puisse avoir la prétention, ce en zone rurale sous compétence de la gendarmerie nationale de laisser croire que cette arme pourrait assurer la mise en oeuvre d'une telle police du quotidien, alors que nombre d'unités locales, ne fonctionnent qu'avec des effectifs réduits en terme de gendarmes d'active disposant de toutes les compétences utiles. Des unités faisant appel au renfort, pour leur permettre d'assurer une présence purement et bien souvent épistolaire sur le terrain, de gendarmes adjoints volontaires, des réservistes en nombre aux compétences très limitées ?

Nous pouvons craindre fortement la mise en oeuvre par l’État d'une sécurité à deux vitesses, les zones rurales étant encore une fois les oubliées.

Au delà nos craintes à la lecture des déclarations de Monsieur le Président de la République dans « Le Monde », les déclarations de certaines maires de grandes agglomérations dans la presse, sont de voir les polices municipales de ces zones urbaines et rurales être mises fortement à contribution.

Des polices municipales dont les effectifs supportent d'importantes contraintes, confrontés à une pénibilité de plus en plus importante, à des risques majeurs, assurant sur le terrain des missions proches de celles des gardiens de la paix. Des polices municipales qui vont donc une fois encore être mises à contribution pour servir avec la complicité de nombre d'élus locaux les intérêts de l’État, sans qu'il ne soit à aucun moment envisagé de rétablir un juste équilibre entres leurs traitements, leurs pensions et les avantages sociaux et ceux consentis aux forces de sécurité de l’État.

Ainsi nous souhaitons, Madame la Députée que vous interpelliez Monsieur le Ministre de l'Intérieur afin de savoir s'il entend étendre la PSQ à l'ensemble du territoire ou ne réserver celle-ci qu'aux seules zones urbaines, aux seules zones urbaines sensibles, ainsi que sur la participation des polices municipales à ce dispositif et les intentions qui sont les siennes pour rétablir un juste équilibre entre les traitements et les pensions servis aux policiers municipaux et ceux servis aux forces de sécurité de l’État dont ils servent les intérêts.

Espérant, Madame la Députée, que la présente retienne toute votre attention,

Veuillez croire à l'expression de mes sentiments respectueux

Monsieur Del Pistoia Jean Louis

Directeur national de la communication de l’USPPM

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.